Arthrose et Greffe de cartilage

Le cartilage abîmé ne se reforme pas. Remplacer ce cartilage usé par du nouveau cartilage, c’est le rêve des patients et des médecins. A ce jour, il n’est pas possible de reconstituer des usures étendues du cartilage telles qu’on les observe dans l’arthrose, mais on peut effectuer des greffes de cartilage dans quelques situations bien précises : il faut que l’usure soit peu étendue (quelques centimètres carrés), que le cartilage qui entoure cette lésion soit en bon état, et que la lésion siège au niveau des condyles fémoraux. Le but de cette greffe est d’éviter l’apparition d’une arthrose ultérieure que le défect cartilagineux risque d’entraîner. Deux techniques de greffe de cartilage existent actuellement : la plastie en mosaïque et la greffe de cellules cartilagineuses.

  • La plastie en mosaïque consiste à prélever des petites carottes d’os avec le cartilage qui les recouvre, à un endroit du genou où ce prélèvement n’a pas de conséquence, pour les mettre en place au niveau de la lésion de façon à reconstituer une surface cartilagineuse. L’intervention peut en général être réalisée sous arthroscopie. La marche est autorisée en s’aidant de cannes pendant 3 semaines.  C’est une technique récente, dont les résultats à long terme, en particulier dans la prévention de l’arthrose, ne sont pas encore connus.

  • La greffe de cellules cartilagineuses est une technique beaucoup plus lourde et coûteuse qui nécessite deux interventions, la deuxième avec deux cicatrices.  Son indication est de ce fait très rares et le nombre de cas réalisés très faible.