La Prothèse totale de la hanche

Prothèse totale de hanche

L’ intervention de prothèse totale de la hanche consiste à remplacer une articulation défectueuse de la hanche par un appareillage.

Elle est devenu l’objet d’une demande de plus en plus importante de la part des malades (environ 120 000 prothèses de hanche sont posées en France chaque année).
Elle est, en général, indiquée en cas d’usure de la surface cartilagineuse recouvrant la tête fémorale et de celle recouvrant l’intérieur du cotyle.

La prothèse totale de la hanche est constituée

  • une partie longue, faite d’un alliage de titane, est impactée dans le corps du fémur (fût fémoral)
  • sur laquelle on vient fixer une sphère (Tête fémorale) en général en céramique
  • une cupule creuse en alliage de titane ou d’acier impactée dans le cotyle dans laquelle on vient insérer une cupule en polyéthylène ou en céramique assurant le frottement avec la tête fémorale
  • Il peut exister une mobilité supplémentaire entre entre le polyéthylène et la cupule cotyloïdienne. On parle alors de cupule à double mobilité.

Prothese totale de hanche PTH-ceramiqueLa fixation primaire est assurée par impaction des pièces prothétiques dans l’os. Pour assurer cette fixation initiale, on parle de stabilité primaire. Cette préparation devra être soigneuse. Le cotyle est préparé avec des fraises de diamètre croissant dans lequel on vient impacter l’hémisphère prothétique cotyloïdien. Le fémur est lui préparé avec des râpes de dimension croissante, ayant la forme de la prothèse définitive. On vient ensuite impacter dans cette cavité la pièce fémorale. Les pièces prothétiques ont une dimension de 1 mm à 1,5 mm supérieure aux fraises et aux râpes, ce qui assure cette stabilité primaire. Elles sont recouvertes d’hydroxyapatite. L’hydroxyapatite est l’un des constituants minéraux de l’os. Elle va favoriser la repousse de l’os et son adhésion à la prothèse assurant ainsi la stabilité définitive ou stabilité secondaire.

La décision opératoire sera prise par le patient en fonction de sa gêne fonctionnelle (douleur, perte de mobilité, importance de la prise d’anti-douleurs et d’anti-inflammatoires etc…).

Généralement, la durée de l’intervention ne dépasse pas une heure et demie.

Radio prothèse totale de la hancheLa pose d’une prothèse de hanche est étudiée en fonction de l’âge du patient, idéalement, après 60ans. Avant cet âge, la pose d’une prothèse est parfois nécessaire lorsque l’on a épuisé tous les traitements médicaux, y compris les injections intra-articulaires d’acide hyaluronique (visco-supplémentation).
Plus le patient est jeune, plus on essaiera d’aménager au mieux ses traitements médicaux pour retarder l’âge d’implantation de cette prothèse. Dans ce cas, il faudra privilégier chez les patients jeunes des couples de frottement « dur-dur » c’est-à-dire céramique/céramique ou acier/acier dans le cas des cupules de resurfaçage.

Les complications sont malheureusement toujours possibles (atteinte vasculo-nerveuse comme par exemple étirement du nerf sciatique pouvant entraîner une paralysie partielle en général régressive au bout de trois mois, fissure ou fracture osseuse en général au niveau du fût fémoral) ou après l’intervention (phlébite et/ou embolie pulmonaire, luxation de la prothèse survenant en général dans les trois premiers mois post-opératoires). Ce risque de luxation est grandement diminué et proche de 0 avec les prothèses dites à double mobilité ce qui doit faire préférer leur utilisation chez les patients plus âgés ayant un moins bon contrôle musculaire.

Les techniques mini-invasives ont été développées depuis le début des années 2000. Je les utilise depuis 2004. Elles permettent de diminuer la taille de l’incision et surtout l’abord chirurgical au niveau des muscles. Elles sont en général réalisées avec une incision de l’ordre de 6 cm chez les personnes de corpulence normale. Elles permettent des suites opératoires moins douloureuses et une récupération beaucoup plus rapide de la marche. L’abandon des cannes est en général possible à partir de la 2ème semaine post-opératoire mais une rééducation régulière reste bien sûr indispensable pour récupérer une bonne fonctionnalité de l’articulation et un bon contrôle musculaire d’autant plus qu ‘il existe un déficit musculaire systématique chez les patients porteurs d’une arthrose de hanche et douloureux depuis des années.

Vos questions sur la prothèse totale de hanche

Quelle est la durée de l’hospitalisation ?

La durée de l’hospitalisation pour une prothèse totale de hanche est de 5 à 6 jours.

Quel est le type d’anesthésie ?

L’Anesthésie pour une intervention de prothèse totale de hanche esr générale ou loco-régionale

Un centre de rééducation est-il nécessaire ?

Le retour à domicile est possible à condition que le conjoint ou la famille proche puisse s’occuper du parent opéré. Dans le cas contraire, une hospitalisation dans un centre de rééducation pendant quelques semaines est préférable.

Y a-t-il besoin d’une transfusion ?

L’utilisation d’un cell-saver pendant l’intervention et éventuellement l’utilisation d’EPO avant l’intervention pour les patients ayant une hémoglobine basse permet en général d’éviter la transfusion.

Les suites de l’intervention

Le lever est possible dès le lendemain de l’intervention. La marche avec appui est autorisée. L’abandon des cannes se fait de manière progressive et dans la mesure du possible dès la 2ème semaine post-opératoire du fait des techniques mini-invasives utilisées. La conduite automobile est possible en fonction de l’évolution à partir de la 3ème semaine post-opératoire.

Des complications sont-elles possibles ?

Des complications peuvent survenir pendant l’intervention à type de fissure osseuse ou de lésion vasculo-nerveuse. Ces complications sont rares.
Dans les suites de l’intervention, le patient peut présenter une phlébite qui doit être dépistée et traitée ou exceptionnellement une embolie pulmonaire. Une rétention urinaire peut survenir surtout chez l’homme si une anesthésie loco-régionale a été réalisée. Une infection post-opératoire précoce ou tardive peut survenir nécessitant un traitement adapté. La luxation de la prothèse survient lors de mouvements à risque qui seront expliqués au patient et qu’il doit éviter surtout dans les trois premiers mois post-opératoires.

Combien de temps dure une prothèse ?

La durée de vie moyenne d’une prothèse est d’une quinzaine d’années.